Essais de colorisation sous Photoshop

Illustration_ChateauIl y a quelques temps déjà, je m’essayais à la colorisation sous Photoshop.Vous découvriez alors mon premier essai.

De nombreux illustrateurs m’inspirent au quotidien sans jamais parvenir aux mêmes résultats. Des techniques que je ne maitrise absolument pas mais qui me pousse à me dépasser et essayer, essayer et essayer encore… J’aimerais un jour être capable de travailler des effets plus nuancés, jouer sur des effets d’aquarelles ou de craies… Bref, donner plus de corps à mes illustrations, plus de forces. En attendant d’y parvenir, je continue à travailler avec plaisir les couleurs sous Photoshop.

Que pensez-vous du résultat ?

NB : cette illustration est inspirée d’un dessin trouvé au détour de mes inombrables heures sur Pinterest. Je tiens à m’excuser de ne pouvoir mentionné la source, je ne retrouve plus l’image d’origine qui était en noir et blanc et nettement plus détaillée. 

Rénovation : une seconde jeunesse pour une chaise oubliée

Avant-aprèsIl y a plus d’un an maintenant, j’achetais sur un coup de tête cette petite chaise pour enfant à Emmaüs en espérant secrètement trouver le temps pour lui donner une seconde jeunesse.

De nouveau sur un coup de tête, aux détours des rayons de Leroy Merlin, alors qu’initialement je n’avais pas prévu d’en acheter, je choisissais une peinture. Bleu menthe ou plutôt Paraiso de la marque Envie (marque distributeur).

avant-apres

En rentrant à la maison, ni une ni deux, je cours chercher la chaise caché dans un coin du sous sol. Je commence par la dépoussiérer, puis je la ponce. Une première couche de peinture, puis une seconde. L’agrafage du tissu pour l’assisse, quelques finitions plus tard, la chaise prend enfin ses fonctions. Le sourire de ma puce du haut de ses 18 mois en disait long sur la joie de découvrir ce nouvel objet, devenue aussitôt son jeu préféré.

Chaise-bébé

Et vous, aimez-vous donner une seconde jeunesse à des objets du quotidien ?

L’origami ou l’art de la décoration

OrigamiA noël dernier, je vous présentais un DIY déco pour réaliser vos propres guirlandes en origami. Après les fêtes, les guirlandes étoilées ont trouvé leur place dans la chambre de notre fille. Une idée déco simple et peu coûteuse.

Origami étoile

Pour continuer dans cette optique, j’ai eu envie de réaliser un tableau digne des antiquaires. Une vitrine papillon version origami.

Après quelques manipulations et pliages, le résultat est à la hauteur de ce que je souhaitais. Un joli cadre qui trouvera très prochainement sa place sur les murs de la maison.

Et vous, quelles sont vos idées déco à petit prix ?

IMG_3778-web

{Création} Faire-part de naissance

Faire-partAvec un peu de retard, je tenais à souhaiter la bienvenue à notre dernière petite nièce en créant son faire-part de naissance. C’est chose faite pour le plus grand bonheur de ma belle sœur qui semble l’apprécier. Ce fut un plaisir de le réaliser et je souhaite une nouvelle fois la bienvenue à ce petit bout dans notre grande famille !

NB : veuillez m’excuser pour le floutage de la photo, mais je pense que vous comprendrez que la maman souhaite garder l’anonymat de sa puce.

Faire-part recto Faire-part verso

Reprise d’études, le combat continu !

bureau

Je pensais en avoir fini après mon admission à l’université et puis… Non ! J’ai même le sentiment de n’être qu’au début de mon combat pour pouvoir un jour m’assoir sur les bancs de la fac !

La semaine dernière je savourerais une petite victoire personnelle : mon admission en licence pro ! Un vieux rêve de gosse comme j’aime à le dire. 270 candidats au début, nous nétions plus que 50 au sélection. Puis après un test écrit déplorable et un oral d’à peine 15 minutes, je ne me faisais pas de faux espoirs. Et pourtant… Une semaine plus tard, j’apprenais mon admission en licence pro !

Une bonne nouvelle n’arrive jamais sans son lot de déconvenue !

Quand je commence enfin à réaliser que ma vie va changer, les mauvaises surprises font leur apparitions !

Il n’est pas simple de sauter le pas et de poursuivre ses rêves, mais il l’est encore moins quand tout est fait pour vous décourager !

Sont-ce encore des tests pour vérifier ma motivation ? « Saura-t-elle tenir le coup jusqu’au bout ? Fera-telle encore partie de ces 25 élèves de la cuvée 2015-2016 ? »

Mince je n’y avais pas songé !

Aussi étrange que cela puisse paraitre, je ne m’étais pas interrogé sur mon statut de chômeuse et d’étudiante ? Sont-ils compatibles ? Pourrais-je cumuler les deux ? Hélàs non ! Ce serait bien trop facile. Mais alors, comment faire ? Sans allocations chômage ? Dois-je y croire encore ?

Quelles solutions ?

Après un coup de fil à Pole Emploi pour leur expliquer ma situation, ils me redonnent un petit espoir. La solution : présenter votre projet de formation à votre conseilleur Pôle Emploi qui le validera… ou pas ! Donc, vous l’aurez compris… mon avenir d’étudiante chômeuse dépend de mon conseiller Pole Emploi.

MAIS (parce qu’il y a toujours un mais), ce n’est pas tout ! Si et seulement si (ça me rappelle mes cours de Maths. Pas vous ?) Pôle Emploi m’autorise à changer mon statut de chômeuse par celui de stagiaire de la formation continue, alors dans ces conditions, la licence deviendrait payante ! Vous avez le droit de rire, moi j’ai plutôt eu envie de pleurer surtout quand la responsable du service continue de l’Université m’a annoncé une facture de 5000 € !!! Oui oui, vous avez bien lu!  5000 € !

Réaction à chaud : « What’s the FUCK !!!! Je serais chômeuse et vous me demandez 5000 € ???? Vous plaisantez ? »

Réaction de mon interlocutrice : « Mais ne vous inquiétez pas ! Vous pouvez demander l’aide de la Région en constituant un dossier. »

Off : « Ah oui, ce n’est pas comme si je n’en avais pas assez fait depuis le début de l’année (entre le CIF, le dossier universitaire…) !!!! »

Donc, vous l’aurez compris, la bataille n’est pas terminée. Si quelqu’un ose me dire que je ne suis pas motivée pour accéder à cette licence, je le massacre !

Sur ce je vous laisse vaquer à vos occupations. Pour ma part, je dois continuer à travailler en priorité pour mon employeur (horaire de bureau oblige), rendre de nouvelles maquettes à deux de mes nouvelles clientes (pour la partie freelance), envoyer ma candidature pour trouver un stage de fin d’études (on ne sait jamais, ça pourrait peut-être convaincre Pôle Emploi), aller chercher ma fille chez la nounou, ranger ma maison, terminer ma terrasse, préparer notre départ pour la Capitale… ah oui j’oubliais ! Remplir de la paperasse parce que je n’en ai pas assez FAITE !!!!

Vous l’aurez compris, ce post est un peu mon coup de gueule de la semaine. Après tout mon blog est aussi là pour ça, nan ?

Moral de l’histoire : ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !

Bon week-end les amis !

{Dessin} Portrait de mon bout’chou

Portrait

Admirative de certains artistes qui ont une facilité à reproduire des portraits, j’ai eu envie à mon tour de m’essayer à cet exercice. Un exercice sans filet, n’ayant jamais appris à travailler les expressions.

Ma source d’inspiration en tant que jeune maman ? Mon bout d’chou de 9 mois à l’époque.

J’ai commencé par tracer un quadrillage sur mes supports. Il existe d’autres techniques de reproduction, comme le calque ou la projection, mais j’ai préféré travailler cette méthode m’obligeant ainsi à travailler mon sens de l’observation.

Portrait

Je suis revenue plusieurs fois sur le dessin, en ajoutant des ombres pour donner plus de réalisme à ce portrait, en utilisant des crayons plus ou moins gras.

Je regrette de ne pouvoir vous présenter la photo source, mais vous comprendrez que je ne veuille pas mettre de photo de ma puce sur internet. Vous devrez donc vous contenter de ce dessin sans point de comparaison.

Je profite de ce post pour vous inviter à aller sur un blog que j’ai découvert récemment et qui est une véritable source d’inspiration. Pour ceux et celles qui veuillent s’essayer au dessin, à l’aquarelle… et à d’autres techniques, je vous conseille d’aller jeter un œil sur www.dessin-creation.com.

Une année aux Beaux Arts

CroquisEt voilà, l’année se termine. Et oui déjà ! Les cours de dessin du lundi soir sont terminés. Un rendez-vous hebdomadaire que j’ai rarement manqué. 60 en début d’année, nous avons terminé le cours en toute intimité à 20. Peut-être par manque de temps ou par découragement, les 40 participants manquants à l’appel sont partis au fur et à mesure. Après cette première année, j’en tire un bilan plutôt positif malgré quelques bémols.

Une année trop courte

Comme la majorité des activités de loisirs, les cours n’ont pas lieu pendant les vacances scolaires. Entre les congés et les jours fériés, nous n’avons pas vu l’année passée d’autant que la dernière séance était en mai.

Une année coûteuse

Tout loisir a un coût : le coût de l’inscription, mais aussi le coût du matériel. En s’inscrivant au cours de dessin, on imagine devoir acheter des crayons et des carnets de croquis. Mais pas seulement ! Très vite on dessine sur de très grands formats et pour les transporter il faut faire l’acquisition d’un carton à dessin, puis de son sac. Après avoir appris quelques bases de dessin, rapidement nous devons faire l’acquisition de nouveaux médiums : fusain, pastel, sanguine, encre de Chine, pinceaux et toutes les fournitures qui y sont associés.

Croquis

Des techniques à approfondir

Durant l’année, nous avons le plaisir de nous initier à différentes techniques. Seule, je n’aurais peut-être jamais osé m’essayer au fusain ou la sanguine. Des techniques certes très intéressantes mais pas suffisamment exploitées. Nous n’avons hélas pas le temps de maitriser ces médiums. Charge à nous de continuer à approfondir les techniques chez nous.

Une année riche en enseignements

A plusieurs reprises, j’étais tentée de baisser les bras (note personnelle : ne jamais regarder ce que font les autres où alors en fin de séance), puis à d’autres moments je reprenais confiance en moi. Après une année, je peux dire que ces cours m’ont donné un peu plus confiance en moi, j’ai moins peur du ridicule, moins peur de dessiner. J’ai découvert des techniques que je n’aurais jamais utilisées. Certaines que j’ai particulièrement aimé et d’autres qui m’ont moins intéressé peut-être par manque de maitrise.

En toute objectivité

Si vous hésitez encore, que vous vous demandez si vous avez le niveau… je vous conseille de franchir le cap. D’une part, c’est une fierté d’aller dessiner aux Beaux Arts (même si il n’y a pas de sélection à l’entrée), et c’est une chance unique de pouvoir dessiner d’après des modèles vivants.

Il est vrai que l’on ne dessine que des modèles vivants et qu’on ne varie pas vraiment les sujets mais retenez que c’est très formateur et que vous ne vous ennuierez pas avec l’apprentissage  des autres techniques.

Je n’ai pas tenu ma promesse qui était de vous dévoiler tous mes croquis à chaque cours par manque de temps et j’en suis désolée. Mais très sincèrement, pour certains de mes croquis, vous ne manquez pas grand chose.

Quelle suite donnée ?

M’inscrire l’an prochain ? Oui certainement si  mon emploi du temps me le permets (n’oublions pas que je suis en attente d’inscription à l’Université) ? En cours de perfectionnement ? Je ne suis pas convaincue d’avoir suffisamment le niveau pour tenter le niveau 2. Alors, dois-je me réinscrire en cours d’initiation au risque de m’ennuyer ? Je m’interroge encore. Une chose est certaine : j’ai envie de poursuivre le dessin. Reste à savoir sous quelle forme.

A suivre…

{Illustration} Alice in Wonderland

Alice in wonderland

Juste pour le plaisir et aussi parce que l’univers d’Alice aux Pays des Merveilles me fascine, j’ai eu envie de réaliser cette illustration en prenant modèle sur un dessin trouvé sur Pinterest. Quelques petits loupés (notamment les mains et les pieds), mais dans l’ensemble je suis satisfaite de cette réalisation. Je m’efforce dès que je peux à dessiner et travailler mes couleurs sous Photoshop. Ave le temps, je ne pourrais que m’améliorer (enfin je l’espère).

{Dessin} Doodle version coloriage

doodle

Envie de laisser libre cours à mon imagination. De dessiner tout et n’importe quoi… Comme une envie de doodle.

Je vous présente le dernier né de ma série de doodle. D’ordinaire, je les laisse en noir et blanc. Je joue uniquement avec les tracés plus ou moins épais. Mais cette fois-ci, j’ai eu envie de tester mes nouveaux feutres Promarker. Aïe, je crains un peu le résultat. Une fois que l’on commence, on n’a pas d’autres choix que de terminer. Mais est-ce que le résultat me conviendra ? Allez, je tente !

doodle

Que pensez-vous du résultat ?

Pour ma part, je suis agréablement surprise par le rendu. Non pas que je trouve mon dessin réussi (parce que je n’aurais pas cette prétention et que je n’en suis pas totalement satisfaite – comme toujours), mais j’aime beaucoup l’effet donné par les feutres. Les couleurs sont tops et encore je n’ai pas les 148 nuances que composent la gamme des Promarkers. Le rendu est vraiment de qualité. Petit plus qui est très appréciable en fonction de la taille de vos dessins : les feutres disposent de deux pointes, une ogive fine et une pointe biseautée large.

 

CIF : déception n’est pas synonyme de renonciation !

CIF

Le couperet est tombé pendant ma semaine de congé !

Vous l’aurez compris, la commission paritaire d’Uniformation s’est réunie mi avril et a statué sur ma demande de prise en charge de CIF. Comme je le présageais, ma demande a été rejeté. Motif : le montant affecté à l’enveloppe budgétaire dont je dépend n’a pas permis le financement de ma formation.

J’ai pendant quelques heures remis en question mon projet, puis de nature entêtée, j’ai décidé de demander la révision de ma demande. J’ai donc 2 mois pour rédiger une lettre encore plus argumentée que la précédente avec si possible de nouveaux éléments qui appuieraient ma candidature (offre d’emploi, promesse d’embauche, lettre de l’employeur…). Offre d’emploi ? D’accord, mais si je fais cette formation c’est justement pour être définitivement à mon compte. Lettre de l’employeur qui soutiendrait ma demande de CIF ? Déjà fait dans le premier dossier transmis à Uniformation. Promesse d’embauche ? Hum… Difficile de trouver une entreprise qui vous embaucherait dans plus d’un an, vous ne croyez pas ? Alors, je réfléchis à ce que je pourrais ajouter à ce fameux dossier. Si vous avez des idées, je suis preneuse.

La commission se réunira le 15 juillet pour réexaminer les dossiers. Donc, en attendant, je dois poursuivre mes démarches auprès de l’Université et leur transmettre ma candidature. J’ai jusqu’au 27 mai pour préparer mon book, rafraichir mon CV et remplir toute la paperasse administrative. Si ma candidature intéresse le jury, je serais convoquée à la deuxième phase des sélections (écrit et oral). Ce n’est que fin juin, que je saurais si je fais partie des 24 étudiants de la promo 2015-2016.

Mais si ça marchait pour l’Université, et qu’Uniformation ne me suivait pas ? Rupture conventionnelle ? Risqué de quitter un CDI ? Qui plus est en télétravail ? Tenter sa chance en tant que freelance ? Avec tous les aléas que cela suppose. Aïe ! Je suis en plein conflit intérieur, d’autant que cela aura une incidence sur ma vie future et celle de ma famille. Dilemme.

A suivre…